ACCUEIL     |     LES PROMOS     |     SERVICES     |    VOTRE COMPTE     |     VOIR LE PANIER     |      COMMANDER

      

PARCOURIR
 CD  Chanson Française / Variétés   Enfants   Traditionnel / Musique du Monde   Pop / Rock / Folk   Rap   Musique contemporaine   Musique Instrumentale   Jazz / Blues   Histoire   Livres lus   Philosophie
 TELECHARGEMENT
 DVD Musicaux  Concerts   Reportages / Interviews
 LIVRES  Textes de chansons   Biographies   Romans / Nouvelles   Théâtre   Divers
 T-SHIRTS
 ON VOUS DIT TOUT !  M   O   R
 AGENDA CONCERTS

A DECOUVRIR ! plus
Wladimir Anselme - L'Esclandre
Wladimir Anselme - L'Esclandre

Coko et Danito - Le cri du Poilu
Agrandir l'image


Coko et Danito - Le cri du Poilu
[6705399]
13,50€

Coko et Danito : 14-18, c’est bon pour le moral


Au générique, excusez du peu : Jean Richepin, Georgius, Vincent Scotto, Gaston Montéhus, Guillaume Apollinaire, Gaston Couté, Eugène Bireau, Ernest Genval… Vous me direz que ça ne nous rajeunit pas, mais tous ont écrit sur les poilus, à l’époque où on ne savait rien de l’épilation. Grosso modo, il y a cent ans. Profitons, s’il en était toutefois besoin, de ce centenaire qui se prolonge telle une interminable tranchée, un puits sans fond, pour célébrer cette nouvelle production de Coko et Danito. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Corentin Coko exhume, déniche des perles de chansons (cf Chansons oubliées 1930-1939) pour parfaire notre éducation et nous refaire nos conduits auditifs abîmés par bien trop de variétés. Là, avec son copain Danito, il coupe les cheveux en quatre de nos pauvres poilus, revisitant de mémorables chansons (La grève des mères, La Butte rouge, Le pinard, La mitrailleuse expliquée, Bleuet…) qu’ils chantent avec une décontraction qui n’est pas incompatible avec la gravité d’usage que parfois, souvent, contrecarre une posture intentionnellement comique. Et pacifiste, soit le genre de chansons que, mis à part l’incontournable Chanson de Craonne, figure obligée de toutes compiles (elle est présente sur ce disque), on tait le plus souvent, y préférant le moindre chant viril et belliqueux : on est des hommes, que diantre, des velus, des poilus, qui avons repris l’Alsace et la Lorraine !

Je dis ça je dis rie­­­­n mais il m’étonnerait que ce disque ait pu avoir l’estampille officielle de la Mission du Centenaire 14-18 si toutefois il l’avait demandé. Car ce n’est pas ici le discours officiel, le dogme bien établi : ici ce ne sont pas des chants de guerre, de ceux qu’on déclame avec le sourire en offrant son torse à la Grosse Bertha. C’est plutôt le côté démoralisant de la guerre qui est porté en chansons, que les gradés n’aiment pas. Plutôt le peloton d’exécution que la médaille militaire, plutôt la Grève des mères qu’un patriotisme aveugle. Ce disque ne pourra être commercialisé au sein des associations d’Anciens combattants : il sape le moral et propage l’humour et l’ironie, armes fatales s’il en est.

Pour autant ce n’est pas un disque de rigolos mais un regard différent, de l’autre bout de la lorgnette. Un traitement historique, avec les recherches qui sont de mise. Comment tirer d’une masse de chansons de propagande et de haine du boche les perles rares, d’autant plus rares qu’on les cache comme une maladie honteuse, qu’on les censure ? Après trois ans d’exploitation de ce singulier et passionnant répertoire, il manquait dans la besace de Coko et Danito le disque pour les fixer définitivement dans nos mémoires. Le voici. Avec la participation de guest-stars, oh pas des va-t’en guerre non : d’autres pacifistes. Francesca Solleville, Auré, Les Ogres de Barback et Les Croquants. Des va-t’en chansons, de ceux qui aiment à transmettre les émotions, qui savent à quoi sert de chanter. Ce Cri des poilus est un des disques importants de ce centenaire finissant ; mieux : il est essentiel pour être complet.

« Jeune homme / De vingt ans / Qui as vu des choses si affreuses / Que penses-tu des hommes de ton enfance / Tu connais la bravoure et la ruse / Tu as vu la mort en face plus de cent fois tu ne sais pas ce que c’est que la vie / Transmets ton intrépidité / A ceux qui viendront / Après toi » (Guillaume Apollinaire)

Michel Kemper, Nos Enchanteurs


Titres inclus dans cet album :
01- Le Pinard (Jean Richepin / Corentin Coko)
Coko (Orgues, flûte, Accordéon et Chant), Danito (Chant), Frank Marty (banjo et guitare), Marion Pansu (flûtes)

02- La Mitrailleuse expliquée (V. Nikola & A. Cadou / J.J. Guérin-Brabant)
Coko (Orgues, Piano, Accordéon et Chant), Danito (Chant), Frank Marty (Banjo), Renaud Sabatier (Contrebasse), Sylvain Rabourdin (Violon)

03- J'ai fait mes provisions (Georgius / Piccolini)
Coko (Accordéon, Piano et Chant), Danito (Guitare et Chant), Frank Marty (Dobro et Mandoline), Renaud Sabatier (Contrebasse), Sylvain Rabourdin : Violon

04- Si je mourais là-bas... (Guillaume Apollinaire / Jean Ferrat)
Coko (Clavietta, Piano, Accordéon et Chant), Danito (Guitare et Chant), Frank Marty (Scie Musicale)

05- Les Conscrits (Gaston Couté / Marc Robine)
Aurélien Sebert (Chant), Coko (Accordéon et Chant), Danito (Guitare et Chant), Sylvain Rabourdin (Violon), Renaud Sabatier (Batterie et Contrebasse), Frank Marty (Mandoline)

06- Un jour baissant la voix... (Eugène Bizeau)
Danito (Voix), Coko (Accordéon, Clarinette)

07- J'aime mieux me taire (Frédéric Mouret / Corentin Coko)
Fred Burguière (Chant), Sam Burguière (Tubas, Bugle, violons, programmation et Arrangements), Coko (Chant, Piano et Accordéon)

08- Révision (Gaston Couté / M.C.)
Danito (Chant et guitare), Coko (Piano, Accordéon et Chant), Renaud Sabatier (Percussions), Sylvain Rabourdin (Violon)

09- La butte rouge (Gaston Montéhus / Georges Krier)
Coko (Calvietta, Accordéon, Orgue, Flûte et Chant), Danito (Guitare, Percussions et Chant), Frank Marty (Banjo, Hammered, Dulcimer, Cigar Box)

10- La garde de nuit à l'Yser  (Ernest Genval / Lucien Boyer-Numa Blès)
Bleuet (Guillaume Apollinaire)
Coko (Piano et Chant), Frank Marty (Cigar Box et Arpeggionne), Danito (Voix Bleuet)

11- Au temps où y avait pas la guerre (Georgius / Raoul Georges)
Coko (Accordéon et Chant), Danito (Chant et Percussions), Frank Marty (Scie Musicale), Sylvain Rabourdin (Violon)

12- La grève des mères (Gaston Montéhus / Raoul Chantegrelet & P. Doubis)
Militarisme (Charles D'Avray)
Danito (Chant), Coko (Ukulélé, Flûte, Toy Piano et Choeurs), Frank Marty (Banjo), Francesca Solleville (Voix « Militarisme »), Choeurs : Marion Pansu, Hélène Duret

13- La Chanson de Craonne (Anonyme / Charles Sablon)
Les Croquants : Mr Kif (Frank Marty) (Organetto, Accordéon, Violon, Guitare électrique et Chant), Danito (Daniel Torrico) (Guitare, percussions de pieds et Chant), Chris, Reno, Mucho et Boris (Choeurs)

14- Le cri du poilu  (Vincent Scotto)
Coko (Accordéon et Chant), Danito : Guitare et Chant


Ernest Thiers dit Ernest Genval (1884 – 1945)
Chansonnier, poète et cinéaste belge. Pendant la Première Guerre Mondiale, il fut nommé « chansonnier de l'armée », en charge de combattre le cafard des troupes par ses chansons. Elles seront regroupées après-guerre dans un recueil intitulé La Chanson des Yasses (le Jas, ou Yass, est l'équivalent belge du Poilu). Ayant rejoint la Résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale, il sera arrêté par la Gestapo et mourra à Dachau en 1945.

Georges Guibourg dit Georgius (1891 – 1970)
Auteur de 1500 chansons, dont La plus bath des javas et Le lycée Papillon, créateur d'un style loufoque inimitable, Georgius fut surnommé « L'amuseur public n°1 ». Il écrivit également des pièces de théâtre et des sketches, ainsi que des romans policiers sous le nom de Jo Barnais. Coko chante quatre chansons de Georgius, Monsieur Papouille, Elle aime bien sa mère, Du persil dans les narines, et Il travaille du pinceau dans l'album Chansons Oubliées 1930-39. Danito avait également chanté Georgius dans un précédent spectacle.

Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire (1880 – 1918)
Né polonais, à Rome, d'un père inconnu, il sera naturalisé français en 1916, année où il sera blessé d'un éclat d'obus, après s'être engagé dans l'armée française en 1914. Contrairement aux poètes de la Muse Rouge, lui se porte volontaire pour partir au front. C'est là qu'il écrit ses Poèmes à Lou, pour Louise de Coligny-Châtillon, avec qui il n'aura eu pourtant qu'une brève relation (elle en aime un autre). Inventeur des mots « Calligramme » et « Surréalisme », il a énormément influencé la poésie française.

Vincent Scotto (1874 – 1952)
Compositeur prolifique, il aurait écrit 4000 chansons (souvent en travaillant avec des paroliers, mais; en écrivant parfois aussi les textes), dont de nombreux succès : Le plus tango du monde, J'ai deux amours, Sous les ponts de Paris, Tchi Tchi, Marinella, Prosper, La Tonkinoise, Elle vendait des p'tits gâteaux, Je n'suis pas bien portant, Où est-il donc ?, La Java Bleue...

Gaston Brunschwig dit Montéhus (1872 – 1952)
Montéhus, le « célèbre chansonnier humanitaire » est un des rares chanteurs engagés à avoir eu un vrai succès populaire, et à s'être produit dans les mêmes lieux que Mistinguett ou d'autres vedettes de l'époque (l'Olympia, par exemple). Son premier grand succès fut Gloire au 17ème, durant la Révolte des vignerons de 1907. Juif (il fut contraint de porter l'étoile jaune en 1942), plutôt socialiste (il devint membre de la SFIO lors du Front Populaire), il fut l'ami de Lénine, et assurait la première partie de ses conférences. Avant et après la Grande Guerre, il écrivit (et chanta) de nombreuses chansons antimilitaristes, dont La Grève des mères, qui fut interdite pour « incitation à l'avortement », et lui valu d'être condamné à deux mois de prison (peine finalement convertie en une lourde amende). Pourtant, en 1914, il changea son fusil d'épaule et composa de nombreuses chansons bellicistes et patriotiques, comme cette Lettre d'un socialo : « Moi qui détestait la guerre / Car je suis humanitaire / J'pouvais pas en croire mes yeux / […] C'est moi qu'entraînais les autres / Oui j'étais le plus furieux / […] Nous chantons la Marseillaise / Car dans ces terribles jours / On laisse l'Internationale / Pour la victoire finale / On la chant'ra au retour ». Il a enregistré lui-même un certain nombre


Les clients qui ont acheté cet article ont aussi acheté
Serge Utgé-Royo - L'espoir têtu...
Serge Utgé-Royo - L'espoir têtu...
Jean-Roger Caussimon - Intégrale 1970-1980, vol. 1
Jean-Roger Caussimon - Intégrale 1970-1980, vol. 1
Anne Sylvestre & Pauline Julien - Gémeaux croisées (2 CD)
Anne Sylvestre & Pauline Julien - Gémeaux croisées (2 CD)

 

VOTRE PANIER plus
ne contient aucun article
VOTRE COMPTE


Pas encore client ?

Partenaires

Aide | Confidentialité | Conditions d'utilisation | Livraison & retour | Contact


Bannière bas en FLASH

Copyright © MistiMusicShop

Site développé par www.karisma-web.com